Où est-il bon de vivre en Martiniquais ?

0

Lors de précédents contacts en ligne, Philippe Lucien nous avait déjà avertis qu’il était déprimé. Peu de temps après qu’on le retrouve dans l’une des maisons de vacances qu’il gère, il finit par se défouler : « Vous savez, ma vie en Martiniquaise n’est pas facile.

Je suis né ici mais j’ai déménagé tôt en France, je me suis marié là-bas et j’ai eu des enfants. Mais je ne me suis jamais senti intégré. On me demandait tout le temps si j’étais originaire d’Algérie ou du Maroc, un peu méfiant avec mon regard. Puis, quand je suis revenu ici, j’ai aussi eu l’impression de ne pas avoir d’identité.

A lire aussi : Quel est le temps qu'il fait aux Seychelles en janvier ?

Nous sommes dans un paradis officiellement français, mais ici, nous devons choisir de quel côté vivre, que ce soit celui des noirs ou des blancs… Je n’en fais partie. »

A lire également : Quel est le temps qu'il fait aux Maldives en novembre ?

Banda San Chénn joue dans une rue de Fort-de-France.

Aux différentes extrémités de la journée que nous avons passée à table avec lui et sa petite amie Séverine, les Contradictions francophones des Antilles reviennent encore et encore, avec les développements les plus marquants. Puis, le matin Ensuite, nous sommes partis tôt pour explorer la Martiniquais et découvrir le thème sur le terrain.

Philippe Lucien est le fils d’un riche avocat de Fort-de-France. C’est au cours de ces deux générations de Luciens que la capitale de l’île a le plus changé.

La rivalité de Fort-de-France avec Saint Pierre voisin pour le statut de capitale se poursuit jusqu’au tournant du XXe siècle, lorsque les deux villes comptent presque le même nombre d’habitants et divisent les institutions administratives et militaires. À cette époque, Saint-Pierre était au premier plan parce que sa population était plus concentrée et urbaine.

Mais en 1902, le volcan du mont Pelée est entré en éruption et l’a dévasté. Seuls deux de ses quelque 30 000 habitants ont résisté et les survivants des environs ont dû déménager à Fort-de-France. Depuis, la ville s’est imposée comme la véritable capitale de la Martiniquaise et n’a cessé de croître.

Une curieuse incursion dans le quartier de Trenelle-Citron

Avec l’avènement de la crise économique des années 30 et la Seconde Guerre mondiale, Fort-de-France est devenu incontrôlable alors que la population approchait des 100 000 habitants, dont beaucoup se sont installés dans des bidonvilles.

Le quartier densément peuplé de Trenelle Citron, juste à l’extérieur de la capitale Fort-de-France.

De 1945 à 2001, Maire Aimé Cesaire a cherché à rétablir l’ordre dans sa ville, mais tous les problèmes n’ont pas été complètement résolus.

On retrouve dans l’un d’eux – le quartier Trenelle-Citron – un attrait visuel inattendu qui finit par donner lieu à l’une des aventures les plus curieuses que nous vivons en Martiniquais.

L’élégante bibliothèque Schoelcher, avec de nombreux livres appartenant à la collection personnelle de Victor Shoelcher, représentant du mouvement abolitionniste de la Martinique-Guadeloupe.

Nous avons sondé les ruelles sous un viaduc dans la banlieue de Shoelcher pour trouver un endroit où photographier la maison de Trenelle lorsque nous avons frappé une rue du Photographe. Au mauvais moment, nous avons décidé d’enregistrer votre plaque d’immatriculation.

Immédiatement, la porte d’une maison voisine s’ouvre et un jeune habitant avec une bûche nue et une barbe raide sort vers l’extérieur en hurlant d’une manière intimidante. « Que voulez-vous ? Sors d’ici ! Ils n’ont rien à entrer dans nos vies. »

Confusion et rejet compréhensibles

Nous avons réagi avec étonnement et pris quelques minutes pour calmer le résident, cependant accompagné de 5 amis tous en casquettes, vêtements de sport et, heureusement, beaucoup plus cool.

Avec la patience nécessaire, nous leur expliquons et leur prouvons que nous n’avons rien à voir avec la police. Il suffit de nous dire qu’ils viennent d’Haïti et de la République dominicaine, et la cause de cette inquiétude : « Depuis qu’ils ont ouvert le commissariat là-bas, ils continuent de nous contrôler.

Nous n’avons plus la patience de les supporter et nous plaçons cette caméra au-dessus de la porte pour comprendre quand ils viennent ici. C’est ainsi que Nous vous avons vu. Ils nous arrêtent ici pour tout et pour rien. Nous fabriquons un cheval avec le vélo et rentrons à l’intérieur. On a fumé de l’herbe et on y retourne… »

Nous avons fini par vivre avec le « gangsta » Rolando et António de Castilla et nous avons parlé de tout un peu.

Du Portugal inconnu, du carnaval et des femmes brésiliennes et des politiques économiques de Sarkozy et des Békés, descendants des premiers colons de l’île, dont certaines sont issues de familles toujours puissantes et toujours fortes, la population est responsable du coût de la vie de plus en plus inabordable de la Martiniquaise.

Magasin de vêtements avec bourse de Fort-de-France.

Ensuite, nous nous sommes dit au revoir dans le respect mutuel et nous continuons jusqu’au cœur de la capitale.

Fort-de-France : la capitale caribéenne de la Martiniquaise

Nous traversons la passerelle en bois qui longe la mer des Caraïbes, surplombant le jardin de la place de La Savane et l’imposant mur du fort et de la base militaire de Saint Louis, où les cocotiers et un drapeau tricolore inévitable sont ondulés.

Des enfants jouent dans la mer des Caraïbes, en face du fort Saint Louis.

Pendant la journée, Fort-de-France est confiée à l’activité de ses nombreux magasins de plain-pied, principalement des magasins de chaussures et des boutiques avec des armées de mannequins.

Nous traversons le Grand Marché, plein de fruits tropicaux, d’arômes d’épices, d’artisanat et de bouteilles de rhum, de ti-punch et d’autres spécialités de liqueur vendues par de grandes dames et encore plus de cadeaux promotionnels qui nous demandent « De quel département êtes-vous… » Curieux de savoir quel coin français nous avons vu.

Autour de celle-ci, nous avons également parlé à deux Égyptiens qui ont baptisé leur magasin Adham et ont engrossé une communauté d’immigrants déjà importante du Moyen-Orient et des environs.

Des

cocotiers verdoyants s’élèvent au-dessus d’une maison colorée, presque au rez-de-chaussée Fort-de-France.

Nous connaissons également la famille Chen qui a décidé il y a trois ans de quitter Cayenne et d’ouvrir son bazar Mei Dieda parce que la Guyane française est devenue trop dangereuse.

De temps en temps, ce Fort-de-France plus terre-à-terre et multiethnique nous fait oublier à qui il appartient. La sensation dure rarement.

Lorsque nous arrivons aux abords de la cathédrale Saint-Louis, les funérailles d’un ancien vétéran de guerre ont lieu, une cérémonie qui se déroule en grande pompe et dans des circonstances militaires.

Procession patriotique réalisée lors des funérailles d’un militaire martiniquais.

La procession lente émerge de la zone riveraine décorée de drapeaux et d’insignes français supplémentaires.

Les officiels, la famille et les amis de profil gaulois saluent et saluent les autres afro, et le moment, si délicat, mélange à nouveau les données. Il nous a fallu un an ou deux pour vivre dans ces confins francophones afin de mieux comprendre leur véritable réalité. principes universels.

Partager.