Quels sont les noms des habitants de Saint-Martin ?

0

Il existe quatre territoires français dans les Caraïbes : les îles voisines de Saint-Martin et Saint-Barthélemy (Saint-Barth, pour les plus intimes), la Martinic et les cinq îles qui composent la Guadeloupe. Et tout comme il y avait les Antilles néerlandaises, dissoutes en 2010 (Curaçao, Aruba et Sint Maarten ont maintenant le statut de pays), ces huit îles font partie des Antilles françaises (Antilles est le nom donné à toutes les îles de la mer des Caraïbes : des plus grandes comme Cuba et Haïti/Dominicaine République aux petits (Sainte-Lucie et Grenade). Mais Saint-Martin a quelque chose de différent. Malgré une guerre importante entre les pays au XVIIe siècle, il semble que ce ne soit pas seulement dans la combinaison des couleurs des drapeaux nationaux (même la séquence des couleurs est la même) et dans l’entreprise que les Français et les Néerlandais s’entendent bien – KLM et Air France, deux compagnies aériennes dont nous aimons de plus en plus la communication, sont désormais une seule compagnie, malgré leur identité propre – mais aussi dans le partage de cette île du nord-est des Antilles que les deux pays partagent entre eux depuis le traité de Concordia signé en 1648 – d’une manière paisible et sans guerre ! , chose rare à cette époque : au sud, se trouve le pays Sint Maarten, dont la capitale est Philipsburg (où tous les navires de croisière accostent lorsqu’ils sont sur l’île) et qui fait partie du Royaume des Pays-Bas, connu sous le nom de Pays-Bas ; et dans la partie nord, vous ferez partie de la collectivité d’outre-mer de Saint-Martin, dont la capitale est Marigot, et qui appartient à la France (Saint-Barthélemy, île luxueuse voisine de Saint-Martin, a le même statut ; les deux étaient moins indépendants parce qu’ils faisaient partie du département Guadalupe jusqu’en 2007).

PAS DE FRONTIÈRES ENTRE LA FRANCE ET LES PAYS-BAS

Lire également : Voyager aux Caraïbes

Il y a trois petites routes qui relient les deux parties de l’île, mais il n’y a pas de frontière ni de contrôle (vous allez et venez autant de fois que vous le souhaitez et vous pourrez profiter du meilleur de chaque partie : les belles plages et la cuisine française impeccable avec un accent créole à Saint- Martin et les casinos et clubs de Sint Maarten, par exemple). Vous saurez seulement que vous entrerez en territoire étranger lorsque vous apercevrez les panneaux et l’obélisque lors de la rencontre de la rue de Hollande (côté français) et de Union Road (côté néerlandais), installée en 1948 pour célébrer le 300e anniversaire de la coexistence pacifique entre les deux nations (entre les Français et les Hollandais, parce que les Anglais ont fait la vie de l’enfer français : ils ont envahi l’île plusieurs fois, et plusieurs fois les Français ont été expulsés et réadmis pendant cette période). En 87 de kilomètres carrés de terre, il y a plus de 100 nationalités différentes parmi les 75 000 habitants des deux côtés de l’île. C’est pourquoi on peut dire que le positionnement de communication de l’Office du tourisme de Saint-Martin, « L’île conviviale », a une certaine base sociale et historique. Au moins aujourd’hui, puisque, au XVIe siècle, dans la coexistence d’explorateurs et de pirates anglais, français, espagnols et néerlandais, la loi du plus fort prévaut et, comme cela s’est produit dans presque tout le continent américain, les Blancs ont décimé la population indigène des Indiens — à Saint-Martin, dans les Arauak tribu. Vous ne voyez pas d’Indiens se promener dans les rues de l’île, mais seulement les nombreux descendants de Noirs venus d’Afrique comme esclaves (presque tous les habitants des maisons très simples et mal entretenir que vous verrez lorsque vous passerez d’un côté à l’autre de l’île en voiture), le descendants blancs des colons Européens (généralement propriétaires d’hôtels, de restaurants et d’entreprises) et immigrés et voyageurs de toutes les couleurs. (Dans les journaux de l’explorateur génois qui a « découvert » l’Amérique sous les ordres des rois espagnols, Christophe Colomb, qui a nommé l’île Saint-Martin, décrit l’hospitalité et le bon cœur du peuple Arawak et comment il comptait les transformer en esclaves en force.) Comme l’a dit Derek Walcott dans un discours lorsqu’il a reçu le prix Nobel de littérature en 1992 : « Le charme visuel est naturel pour les Caraïbes ; il fait partie du paysage, et face à sa beauté, la tristesse de l’histoire s’envole ». Sur la photo ci-dessus, vue de la capitale de Saint-Martin, Marigot, depuis Fort Louis , construite au XVIIIe siècle pour protéger les plantations de coton, d’indigo et de tabac soignées par la petite population française de l’île à l’époque des célèbres pirates anglais (toujours eux !). Il doit être beau de voir le coucher de soleil d’ici. Image : Shoichi Iwashita

UNE FRANCE INTERNATIONALE AU GOÛT COLONIAL CRÉOLE

A lire en complément : Les congés de fin d’année aux Caraïbes

A Saint-Martin, vous serez officiellement sur le territoire français (selon la loi française), mais vous ne vous sentirez pas beaucoup en France. Les natifs parlent français, anglais et créole (ils passent d’une langue à l’autre en une seconde ; sans parler de la partie néerlandaise, où le néerlandais est parlé mais absolument TOUT, dans le commerce, sur les panneaux de signalisation, est écrit en anglais). Et bien que la monnaie officielle soit l’euro, vous pouvez tout payer en dollars (ce qui est un avantage : pour nous, Brésiliens, l’euro est plus cher et la conversion sur l’île est toujours de 1$ = 1€ ; c’est-à-dire que payer en dollars rend tout 10 % moins cher en réel ! Dans les aéroports où vous rejoindrez l’île — Miami ou Panama — les magasins et les cafés n’acceptent pas les euros ou cartes de crédit pour les petits achats, et si vous devez utiliser un bureau de change pour échanger des euros contre des dollars, cela fera une affaire terrible). Ceux qui sont nés à Saint-Martin sont français, ceux qui sont nés à Saint-Martin sont néerlandais, mais ils sont tous des São Martinhas . Sur la photo ci-dessus, l’un des nombreux panneaux de carreaux peints du Marigot Market, où vous pouvez trouver plusieurs stands d’artisanat, du rhum, de la nourriture, des légumes, du poisson et des épices. Image : Shoichi Iwashita

TOUT CE QUE VOUS POUVEZ ATTENDRE D’UNE DESTINATION BALnéAIRE

En plus des excellents restaurants (des endroits paradisiaques sans bonne cuisine ne me convainquent pas) et des belles plages aux eaux turquoises (il y a 24 plages du côté français seulement, vous pouvez explorer une plage différente chaque jour, à partir de du plus animé au plus désert), Saint-Martin possède l’un des Les aéroports les plus excitants du monde, Princess Juliana, qui se trouve sur la plage de Maho, du côté néerlandais, où vous arriverez. En plus des plages, de la nourriture et des boissons et de l’atterrissage d’avions presque au-dessus de votre tête, il existe de nombreuses possibilités d’expérience : il y a des activités nautiques (jet ski, para-voile, fly-board) et des boîtes de nuit des Caraïbes, il y a un sentier dans la forêt natale avec accès à des plages désertes, club avec piscine et escalade radicale, plage naturiste, excursions en bateau vers les îles voisines (vous pouvez également prendre un vol de 15 minutes et atterrir à l’aéroport de Gustavia, à Saint-Barthélemy, un autre des plus excitante dans le monde) ; des activités pour tous les goûts et tous les budgets de cette île, dont le tourisme est la principale activité économique. Ce n’est pas une destination de luxe (le Toute l’île n’a qu’un hôtel cinq étoiles, le grand Belmond La Samanna, vous ne vous attendez pas non plus à de grands magasins de marques ; ils sont tous à Saint Barth), mais un endroit pour ceux qui veulent s’amuser, se promener sur le sable et sans fioritures ; en tout cas, soyez heureux ! Sur la photo ci-dessus, une vue sur Happy Bay , l’une des plages les plus belles et les plus isolées de Saint-Martin. Il n’y a pas de route pour y arriver : il faut laisser la voiture à Friar’s Bay et marcher pendant 15 minutes. Et si vous voulez être complètement nu, même avec d’autres personnes habillées sur la plage, c’est possible ! Image : Shoichi Iwashita

KLM Boeing 747-400 venant tout droit d’Amsterdam atterrissant à l’aéroport Princess Juliana, une image classique de Saint-Martin. Image : Juliana Magalhães, de Parler de voyage

Vue de la baie de Marigot, capitale de Saint-Martin, depuis le fort Louis, un fort construit au XVIIIe siècle pour défendre la petite population française de l’île en époque. La couleur de l’eau impressionne toujours. Image : Shoichi Iwashita

Le sommet de Fort Louis avec le drapeau français. Image : Shoichi Iwashita

La frontière entre le côté français et le côté néerlandais, rue de Hollande. C’est le seul signe que vous entrez dans un autre pays, car l’accès est totalement gratuit. L’obélisque a été construit en 1948 pour célébrer le 300e anniversaire du traité de Concordia, qui a établi la division de l’île entre les Français et les Hollandais. Image : Shoichi Iwashita Parasail et jet ski sur la plage de la Baie Orientale, qui offre plusieurs possibilités de sports nautiques et de tentes. C’est la plage la plus animée de Saint-Martin : il y a plusieurs étals avec toute l’infrastructure de la plage et une bande dédiée à la pratique du naturisme. Image : Shoichi Iwashita

CONSULTEZ ÉGALEMENT :

— Saint-Martin : Quand y aller, combien de temps rester, comment s’y rendre, quelle monnaie prendre, TOUT pour planifier votre voyage

— Saint-Martin : La meilleure région et la meilleure hôtels pour rester

— Saint-Martin : Belmond La Samanna, hôtel sur l’une des plus belles plages de l’île

— Saint-Martin : Que faire et les visites — et les plages ! — Essentiels

Saint-Barth  : l’île blanche milliardaire des Caraïbes, où la principale activité économique n’est pas le tourisme

Partager.